Console en bois doré dite « d’abondance »

DESCRIPTION

Console en bois sculpté et doré composé de quatre supports en volutes décorés de feuilles d’acanthe et d’écailles de pomme de pin. En façade quatre entretoises formés de deux volutes et deux cornes d’abondance se rejoignent autour d’un buste de femme représentant Cybèle la déesse mère. Au pied des volutes reposent des pommes de pin.

Un marbre gris noir coiffe l’ensemble du meuble.

REPRESENTATION SYMBOLIQUE

La console d’abondance honore Cybèle qui personnifie sous différents noms (Grande Mère, Mère des dieux, Grande Déesse) la puissance végétative et sauvage de la nature. Aussi est-elle placée au nombre des divinités de la Fertilité, et elle partage avec Jupiter, dans la religion romaine le pouvoir souverain sur la reproduction des plantes, des animaux, des dieux et des hommes. Cybèle est la Magna Mater, la Mère de Toute Vie et la Souveraine du Firmament. Aspect de la Terre Mère, Cybèle personnifie la puissance de la Nature. Cette figure centrale de la console accompagnée des feuilles d’acanthe symbole de la terre vierge, des pommes de pin symbole de l’immortalité de la vie végétative et animale et de la fécondité et enfin des cornes d’abondance qui symbolisent richesse et fécondité donnent à ce meuble la puissance évocatrice des bienfaits de la Terre.

CONCEPTEUR

Cette console dessinée par William Kent qui fit de nombreux dessins de consoles dans l’esprit « Early Georgian » dans la première moitié du XVIII ème. Un modèle de console reproduit dans le KJELLBERG édition 2011 page 258, est quasiment identique au modèle que nous proposons, si ce n’est que la tête de femme est remplacée par une tête d’homme, et que sur notre console des pommes de pin joignent les volutes inférieures. Ces deux variantes marquent symboliquement notre console sur le thème de l’abondance. La réédition de ce modèle de Kent date du XIX ème siècle, et sa dorure qui avait subi de nombreux avatars dont un vernissage inapproprié a été entièrement refaite par l’atelier Zador en 2018.

William Kent aurait été apprenti chez un peintre de carrosses de Hull en Angleterre.  Des protecteurs locaux, impressionnés par son talent, l'envoient étudier la peinture à Rome de 1709 à 1719. Il apprend ainsi cet art auprès de Benedetto Luti.

À Rome, Kent rencontre le comte de Burlington, grand mécène de l'architecture dans l'Angleterre du XVIIIe siècle et le principal promoteur du palladianisme. Il rentre à Londres en 1719 avec le comte pour décorer Burlington House à Piccadilly. Dans les années 1730, Kent est un architecte en vogue pour avoir notamment réalisé Holkham Hall (Norfolk), commencé en 1734. Ici, comme dans d'autres projets, il crée les décors intérieurs et même le mobilier. C'est l'un des premiers architectes anglais à avoir une vision unifiée de la conception d'un édifice. Les œuvres les plus célèbres de Kent sont associées à sa charge de maître charpentier du Royal Office of Works (1725), qu'il obtient grâce à l'influence de Burlington.

Réf.: E505

 SHOWROOM - CENTRE VILLE DE VALENCE (26)

map

 

2019-07-10-23-39-12-salle-1
galerie-meubles-art-valence-01
galerie-meubles-art-valence-03
galerie-meubles-art-valence-04
galerie-meubles-art-valence-05
galerie-meubles-art-valence-06